Se connecter / S'inscrire
Nouvel utilisateur ?
Créer un compte
Fermer

RechercheRésultats de votre recherche

Résultats de la recherche pour : Appassionato - Centre culturel chinois (5)
Affinez votre recherche
Lieu
Résultats obtenus : 5
Afficher

Appassionato - Centre culturel chinois>>Conférences (2 résultat)

 

Télécharger le programme CLCC 2017-2018

 

1. Economie - 1949 : Les jacobins au pouvoir, une révolution plus nationaliste que communiste.

4 octobre 2017, 19h – 21h

Jean-Christophe Defraigne, Professeur d’économie (UCL, Université Saint-Louis, Collège de l’Europe)

La prise du pouvoir par le parti communiste chinois en 1949 correspond-elle à un projet communiste de type marxiste ou à la mise en place d’un état nationaliste moderne et souverain visant à faire sortir la Chine du féodalisme et d’un capitalisme compradore ? Par une analyse historique et sociologique de la révolution de 1949 et du parti communiste chinois, la conférence vise à mieux comprendre la portée de la période maoïste et ses conséquences sur le fonctionnement du parti communiste chinois actuel.

 

2. Géopolitique : La Chine sur la nouvelle route de la soie

18 octobre 2017, 19h-21h

Guy-Olivier Faure, Professeur China Europe International Business School, Shanghai

Dans la deuxième phase de son ouverture, la Chine est partie à l’assaut du monde : Asie du Sud-Est, Afrique, Asie Centrale, Europe et même Etats-Unis. Rien ne parait pouvoir limiter l’appétit du dragon ni son ambition de devenir à terme l’autre grande puissance mondiale. Cette conférence vise à témoigner des réalités présentes, au-delà des sympathies et des peurs, ainsi qu’à éclairer les logiques profondes qui fondent l’action chinoise. Elle portera essentiellement sur l’Asie Centrale comme exemple récent et révélateur de la complexité du nouveau jeu géopolitique mondial

 

3. Histoire des religions : À l’extrême-Orient du Christ. Les Nestoriens en Chine.

8 novembre 2017, 19h - 21h

Christian Cannuyer, orientaliste, professeur à la Faculté de théologie de Lille, directeur de Solidarité-Orient

Le grand public croit généralement que le christianisme a été introduit en Chine par les jésuites au 16e siècle (saint François-Xavier). En réalité, dès le 7e siècle se sont implantées dans l’Empire du milieu des communautés chrétiennes d’origine mésopotamienne et de culture syriaque : les « nestoriens », dont les voies missionnaires avaient emprunté la route de la soie. Ils y ont développé, parmi les populations chinoises et mongoles, un christianisme dont le souci d’inculturation était remarquable et qui a perduré jusqu’à l’époque Ming, dans la seconde moitié du 14e siècle.

 

4. Economie : La Chine, une puissance impérialiste comme les autres.

22 novembre 2017, 19h – 21h

Jean-Christophe Defraigne, Professeur d’économie (UCL, Université Saint-Louis, Collège de l’Europe)

Quelle est la nature de l’expansion actuelle de la Chine sur le plan économique et stratégique ? Quelles sont ses modalités et ses objectifs ? L’Etat chinois, sa diplomatie économique, les firmes chinoises et leurs IDE peuvent-ils être comparés aux autres grandes puissances économiques capitalistes et à leurs firmes ?

 

5. Littérature : Rencontres, mariages et illusions dans le récit fantastique chuanqi ?? de la dynastie des Tang (618-907).

6 décembre 2017, 19h - 21h

Françoise Lauwaert, Chargée de cours à l’ULB, membre du Laboratoire d’Anthropologie des Mondes Contemporains et de EASt

La fin de la dynastie des Tang voit se développer un nouveau genre de littérature fantastique, le chuanqi ? ?, littéralement « transmettre l’étrange », dans lequel sont mises en scène des rencontres variées et pittoresques avec le surnaturel : fantômes, renardes prenant la forme de jeunes filles séduisantes, immortels, personnages exotiques aux pouvoirs surhumains, guerrières et enchanteresses. Que les femmes occupent une place importante dans cette galerie de personnages aussi dangereux que fascinants n’a rien d’étonnant, et dans les plus belles de ces nouvelles se rejouent sur des modes variés la comédie ou la tragédie du mariage, de l’illusion et de la désillusion. Ce genre littéraire eu une grande postérité dans la nouvelle et le roman en langue vernaculaire qui se développeront par la suite, dans l’opéra et le cinéma.

 

6. Musicologie : La musique coreenne est-elle chinoise ?

20 décembre 2017, 19h - 21h

Claire Chantrenne, responsable de la bibliothèque et des collections d’Asie de l’Est du Musée des Instruments de Musique

Pour beaucoup d’entre nous, l’Extrême-Orient est une zone indifférenciée dominée par l’immensité de la Chine et de sa civilisation. La Corée est souvent ignorée et assimilée à la Chine et au Japon. La Corée a cependant toujours eu une identité culturelle propre très marquée, tant par la langue, la spiritualité, les traditions que par les arts. Nous verrons ce que la musique coréenne a emprunté à la Chine et ce qui fait son originalité et sa richesse.

 

7. Histoire : Les Jésuites en Chine.

10 janvier 2018, 19h - 21h

Paul Servais, Professeur émérite d’histoire de la Chine (UCL, Université Saint-Louis)

Dès la fondation de la Compagnie de Jésus en 1545, ceux qu’on appellera les Jésuites envisagent des missions en Orient. François-Xavier, après avoir abordé l’Inde et le Japon, meurt aux portes de la Chine. Matteo Ricci sera sans doute son plus illustre successeur. Arrivé à Canton en 1583, il parvient finalement à la Cour impériale, où il meurt en 1610. Sur les bases qu’il met en place se construit petit à petit une relation singulière entre missionnaires occidentaux et lettrés chinois, qui fera des Jésuites les principaux intermédiaires culturels entre le Céleste Empire et le monde européen aux XVIIe et XVIIIe siècles. Leur apport à la sinologie naissante sera majeur, tout comme leur contribution à une rencontre des arts occidentaux et orientaux.

 

8. Histoire : La Querelle des Rites.

2,00 heures Prochaines inscriptions en 2018

 

Télécharger le programme CLCC 2017-2018

 

1. Economie - 1949 : Les jacobins au pouvoir, une révolution plus nationaliste que communiste.

4 octobre 2017, 19h – 21h

Jean-Christophe Defraigne, Professeur d’économie (UCL, Université Saint-Louis, Collège de l’Europe)

La prise du pouvoir par le parti communiste chinois en 1949 correspond-elle à un projet communiste de type marxiste ou à la mise en place d’un état nationaliste moderne et souverain visant à faire sortir la Chine du féodalisme et d’un capitalisme compradore ? Par une analyse historique et sociologique de la révolution de 1949 et du parti communiste chinois, la conférence vise à mieux comprendre la portée de la période maoïste et ses conséquences sur le fonctionnement du parti communiste chinois actuel.

 

2. Géopolitique : La Chine sur la nouvelle route de la soie

18 octobre 2017, 19h-21h

Guy-Olivier Faure, Professeur China Europe International Business School, Shanghai

Dans la deuxième phase de son ouverture, la Chine est partie à l’assaut du monde : Asie du Sud-Est, Afrique, Asie Centrale, Europe et même Etats-Unis. Rien ne parait pouvoir limiter l’appétit du dragon ni son ambition de devenir à terme l’autre grande puissance mondiale. Cette conférence vise à témoigner des réalités présentes, au-delà des sympathies et des peurs, ainsi qu’à éclairer les logiques profondes qui fondent l’action chinoise. Elle portera essentiellement sur l’Asie Centrale comme exemple récent et révélateur de la complexité du nouveau jeu géopolitique mondial

 

3. Histoire des religions : À l’extrême-Orient du Christ. Les Nestoriens en Chine.

8 novembre 2017, 19h - 21h

Christian Cannuyer, orientaliste, professeur à la Faculté de théologie de Lille, directeur de Solidarité-Orient

Le grand public croit généralement que le christianisme a été introduit en Chine par les jésuites au 16e siècle (saint François-Xavier). En réalité, dès le 7e siècle se sont implantées dans l’Empire du milieu des communautés chrétiennes d’origine mésopotamienne et de culture syriaque : les « nestoriens », dont les voies missionnaires avaient emprunté la route de la soie. Ils y ont développé, parmi les populations chinoises et mongoles, un christianisme dont le souci d’inculturation était remarquable et qui a perduré jusqu’à l’époque Ming, dans la seconde moitié du 14e siècle.

 

4. Economie : La Chine, une puissance impérialiste comme les autres.

22 novembre 2017, 19h – 21h

Jean-Christophe Defraigne, Professeur d’économie (UCL, Université Saint-Louis, Collège de l’Europe)

Quelle est la nature de l’expansion actuelle de la Chine sur le plan économique et stratégique ? Quelles sont ses modalités et ses objectifs ? L’Etat chinois, sa diplomatie économique, les firmes chinoises et leurs IDE peuvent-ils être comparés aux autres grandes puissances économiques capitalistes et à leurs firmes ?

 

5. Littérature : Rencontres, mariages et illusions dans le récit fantastique chuanqi ?? de la dynastie des Tang (618-907).

6 décembre 2017, 19h - 21h

Françoise Lauwaert, Chargée de cours à l’ULB, membre du Laboratoire d’Anthropologie des Mondes Contemporains et de EASt

La fin de la dynastie des Tang voit se développer un nouveau genre de littérature fantastique, le chuanqi ? ?, littéralement « transmettre l’étrange », dans lequel sont mises en scène des rencontres variées et pittoresques avec le surnaturel : fantômes, renardes prenant la forme de jeunes filles séduisantes, immortels, personnages exotiques aux pouvoirs surhumains, guerrières et enchanteresses. Que les femmes occupent une place importante dans cette galerie de personnages aussi dangereux que fascinants n’a rien d’étonnant, et dans les plus belles de ces nouvelles se rejouent sur des modes variés la comédie ou la tragédie du mariage, de l’illusion et de la désillusion. Ce genre littéraire eu une grande postérité dans la nouvelle et le roman en langue vernaculaire qui se développeront par la suite, dans l’opéra et le cinéma.

 

6. Musicologie : La musique coreenne est-elle chinoise ?

20 décembre 2017, 19h - 21h

Claire Chantrenne, responsable de la bibliothèque et des collections d’Asie de l’Est du Musée des Instruments de Musique

Pour beaucoup d’entre nous, l’Extrême-Orient est une zone indifférenciée dominée par l’immensité de la Chine et de sa civilisation. La Corée est souvent ignorée et assimilée à la Chine et au Japon. La Corée a cependant toujours eu une identité culturelle propre très marquée, tant par la langue, la spiritualité, les traditions que par les arts. Nous verrons ce que la musique coréenne a emprunté à la Chine et ce qui fait son originalité et sa richesse.

 

7. Histoire : Les Jésuites en Chine.

10 janvier 2018, 19h - 21h

Paul Servais, Professeur émérite d’histoire de la Chine (UCL, Université Saint-Louis)

Dès la fondation de la Compagnie de Jésus en 1545, ceux qu’on appellera les Jésuites envisagent des missions en Orient. François-Xavier, après avoir abordé l’Inde et le Japon, meurt aux portes de la Chine. Matteo Ricci sera sans doute son plus illustre successeur. Arrivé à Canton en 1583, il parvient finalement à la Cour impériale, où il meurt en 1610. Sur les bases qu’il met en place se construit petit à petit une relation singulière entre missionnaires occidentaux et lettrés chinois, qui fera des Jésuites les principaux intermédiaires culturels entre le Céleste Empire et le monde européen aux XVIIe et XVIIIe siècles. Leur apport à la sinologie naissante sera majeur, tout comme leur contribution à une rencontre des arts occidentaux et orientaux.

 

8. Histoire : La Querelle des Rites.

2,00 heures Prochaines inscriptions en 2018

Appassionato - Centre culturel chinois>>Séminaires et visites (3 résultat)

 

Télécharger le programme CLCC 2017-2018

 

En compagnie de Catherine Noppe, Conservatrice des collections d’Extrême-Orient au Musée royal de Mariemont

 

Le samedi 11 novembre 2017 - 10h45

 

Indonésie : dans cet archipel de plus de 17 000 îles, la mer relie plus qu’elle ne sépare les hommes, encouragés par les vents et confiants dans leurs navires. Au cours des siècles, et bien avant que les Européens s’aventurent dans le détroit de Malacca, la région est devenue un carrefour majeur d’échanges foisonnants et de rencontres fructueuses entre les mondes malais, indien, chinois et arabo-musulman.

 

C’est cette histoire complexe, faite de liens multiples et d’influences diverses, qu’illustre l’exposition Archipel, née d’un partenariat privilégié entre la Ville de Liège et le musée national d’Indonésie à Jakarta. Celui-ci a consenti au prêt d’œuvres majeures de ses collections, de l’archéologie préhistorique à la sculpture bouddhique, de la céramique chinoise aux batiks javanais, en passant par les ors des sultanats et les maquettes de bateaux traditionnels. Cet ensemble exceptionnel est complété par des prêts venus de quelques musées européens, notamment le musée royal de Mariemont, partenaire scientifique de l’exposition.

2,00 heures A partir du 11/11/2017

 

Télécharger le programme CLCC 2017-2018

 

En compagnie de Catherine Noppe, Conservatrice des collections d’Extrême-Orient au Musée royal de Mariemont

 

Le samedi 9 décembre 2017 – 10h

 

Trait d’union entre la plupart des cultures qui composent l’archipel, de Sumatra à la Papouasie, en passant par les Iles de la Sonde, Bornéo et Sulawesi, le culte des ancêtres revêt en Indonésie une importance exceptionnelle, plus prégnante encore que dans le monde chinois et sinisé.

 

Réels ou mythiques, les ancêtres légitiment le pouvoir temporel, confèrent à leurs descendants un statut social, protègent les vivants parmi lesquels ils demeurent une présence invisible. Ils sont honorés par des rituels complexes – le tout premier étant la cérémonie des funérailles -, variant considérablement selon les groupes socioculturels, et au cours desquels sont confirmés les liens entre les vivants et les morts, qui continuent à communiquer d’un monde à l’autre.

 

Historiquement, les contacts avec le monde indien, l’hindouisme et le bouddhisme, ont enrichi les croyances comme les rituels, l’islam s’en est généralement accommodé, les Européens ont souvent tenté de les détruire. Issues de la plus haute antiquité, les représentations d’ancêtres sous la forme de personnages debout ou accroupis, seuls ou en couple, se sont répandues dans tout l’archipel. Elles forment le cœur d’une exposition à laquelle le Musée national d’Indonésie et d’autres grands musées ont confié près de 200 œuvres majeures.

2,00 heures A partir du 09/12/2017

 

Télécharger le programme CLCC 2017-2018

 

Au XVIIIe siècle, l’Europe découvre avec admiration les porcelaines et les laques que des compagnies commerciales lui ramènent d’Extrême-Orient. L’engouement pour l’exotisme est alors à son comble.

La Compagnie d’Ostende est dirigée par des Gantois et des Anversois qui souhaitent créer chez eux un salon pour accueillir les plus belles pièces. Ils importent de Chine des papiers peints pour recouvrir les murs de ces écrins. Les Chinois saisissent l’occasion pour peindre sur les précieux papiers, de feuilles de mûriers ou de soie, de somptueuses scènes de genres ou animalières qui leur semblent être les meilleurs ambassadeurs de l’Empire du Milieu.

Nous vous proposons une visite guidée d’hôtels particuliers dont les salons rivalisent de beauté.

2,00 heures Prochaines inscriptions en 2018